Pourquoi je suis devenue minimaliste

Le minimalisme, c’est quoi ?

Avant de rentrer dans le sujet, j’aimerais vous rappeler ce qu’est le minimalisme. Quand on est minimaliste, on fait le choix de vivre avec moins d’objets. Nous vivons aujourd’hui dans une société qui prône la consommation. On nous encourage à acheter des vêtements dernière tendance et/ou de marque, des maisons immenses, des produits de nettoyage qui nettoient – soi-disant – une seule pièce de la maison, comme par exemple les produits WC.

Quand on devient minimaliste, on fait le choix de consommer différemment. On ne va consommer que les choses qui nous font réellement plaisir et qui contribuent à la réalisation de nos projets ou de nos petits bonheurs quotidiens. On va acheter moins, car on se rend compte que la majeure partie des choses qu’on nous encourage à consommer n’ajoutent aucunement de valeur ajoutée à notre vie. Bien au contraire, on dépense notre argent dans des choses sans réelle importance.

Comprendre que consommer selon mes vrais besoins a littéralement changé ma vie.

Le minimalisme me permet de m’occuper de mes plantes et de les contempler.

Besoin de clarté

J’ai commencé à me délester des choses inutiles il y a déjà des années. Mais je ne connaissais pas du tout ce concept que l’on appelle « minimalisme ». Je ressentais ce besoin de clarifier mes idées, de ralentir, de me concentrer sur ce qui comptait vraiment pour moi. Ça faisait partie de mon chemin vers la découverte de qui j’étais vraiment et de ce à quoi j’aspirais réellement dans la vie.

De nombreux livres de développement personnel m’ont aidée et m’ont guidée sur ce chemin spirituel. L’un des livres qui m’a ouvert les yeux et qui m’a aidée à me découvrir et surtout à me faire réaliser que le temps est trop précieux pour le gâcher, c’est Awaken the Giant Within de Tony Robbins – en français : l’éveil de votre puissance intérieure.

En lisant ce livre, je me suis posée de nombreuses questions, les bonnes questions à vrai dire. Je voulais savoir ce qui comptait vraiment pour moi. Une fois que j’ai su ce que je voulais vraiment, j’ai appliqué les méthodes pour consacrer ce temps si précieux à toutes ces choses que je voulais remettre au premier plan dans ma vie.

Devenir minimaliste, c’est facile

J’ai entendu parler de minimalisme en naviguant sur YouTube. Effectivement, on trouve pas mal de vidéos sur le sujet. Et c’est là que j’entends parler d’essentialisme avec l’auteur américain Greg McKeown. J’ai lu son livre « Essentialism – The Disciplined Pursuit of Less », intitulé l’Essentialisme en français. J’ai également lu celui de Marie Kondo, la prêtresse du rangement.

Ces lectures et les nombreuses vidéos YouTube de Joshua Becker, du duo « The Minimalists », de Matt D’Avella ou de Anthony Ongaro de la chaîne « Break the Twith » m’ont beaucoup apporté en termes de compréhension et de réalisation avec des astuces très pratiques pour devenir minimaliste sans frustration.

Le minimalisme me permet de prendre le temps pour les promenades en famille.

Le minimalisme et le refus du système actuel

Au fur et à mesure du temps, j’ai compris que le système dans lequel nous vivons ne me convient pas. Le système que la société nous propose met l’argent au centre de tout. On vit dans une société où l’humain est considéré comme un numéro ou plutôt comme un portefeuille ambulant.

Nous sommes pollués par les publicités. Partout où l’on regarde, on tombe sur une affiche publicitaire qui nous rappelle – par exemple – que le McDo c’est ce qu’il y a de plus cool et qu’ils nous attendent à deux pâtés de maison pour nous servir leurs hamburgers hypercaloriques.

Pour moi, le minimalisme est devenu en quelque sorte ma manière d’exprimer mon refus du système actuel, car je refuse de consommer comme la société l’aimerait tant dont le seul but est de générer du profit. Même si exprimer mon mécontentement concernant la société actuelle n’était pas ma motivation première quand j’ai fait le choix de devenir minimaliste, je sais que le minimalisme m’aide à créer mon propre univers dans lequel l’argent n’a plus la place qu’il occupait avant dans ma vie.

Le minimalisme me permet de prendre le temps pour le crochet.

Du temps consacré à ce qui compte vraiment

Effectivement, je passe mes week-ends en famille ou avec mes amis dans des parcs par exemple ou je vais à la médiathèque avec mon fils où je profite du calme et de ce temps de lecture qui m’est si précieux. Je prends également le temps de m’occuper de mes plantes; je fais du crochet; je joue au puzzle avec ma famille. Bref, je veux passer du temps de qualité avec ceux que j’aime.

Le nettoyage est même plus plaisant, car il n’y a quasiment rien qui traîne par terre – à part peut-être quelques jouets. Et c’est maintenant bien plus rapide qu’avant, car toutes les surfaces de la maison sont libres. Par exemple, seuls les appareils que l’on utilise fréquemment se trouvent encore sur le plan de travail de la cuisine.

Que fais-tu de ton temps libre ? Fais-tu vraiment ce qui compte pour toi ?

N’hésite pas à laisser un commentaire si le sujet t’intéresse.

A bientôt,

Béa

Une réponse sur “Pourquoi je suis devenue minimaliste”

  1. Quelle grande vérité ! J’ai pour ma part lu l’art de l’essentiel de Dominique Moreau et l’art de la simplicité du même auteur … Je suis retombée dessus en faisant justement un grand rangement. Quel bonheur d’épurer chez soi. Cela fait plus de deux semaines que je range chaque recoin de ma maison. C’est un travail titanesque mais qui permettra d’être « bien chez soi, bien dans sa tête ».
    Go sister ! Thx for sharing! Je vous dirai quand j’aurai terminé mais cela n’est pas pr demain ! 😝 Gros bisous et merci les filles pour ces précieux conseils. Continuez comme ça ! Christelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.