Je fête mes 1 an de jeûne intermittent

Après 1 an de jeûne intermittent, je suis très heureuse d’avoir découvert ce style de vie. Manger 2 repas par jour au lieu des 3 repas traditionnels n’a pas été facile – du moins, au début.

Difficile mais possible

Les premiers jours, même les premières semaines ont été un vrai défi. Mon estomac criait famine alors que j’essayais de répartir différemment mes repas et surtout la quantité de nourriture que je mangeais à chaque repas.

Pour calmer mon estomac, je buvais plusieurs tasses de thé. Ça pouvait être du thé vert, noir, blanc ou encore du maté. Et étonnamment, ça fonctionnait très bien. Mon corps s’est habitué au bout de quelques semaines à ne rien avaler le matin.

Mon bilan

Aujourd’hui, mon corps est totalement habitué à mon nouveau rythme alimentaire. Je maîtrise plus facilement mon poids. J’ai même perdu 2 kg. Mon acné a disparu. Je bois beaucoup plus qu’avant. Comme mon déjeuner et mon dîner sont copieux, je n’ai pas envie de manger entre les repas.

A l’âge de 37 ans, je fête mes 1 an de jeûne intermittent et je compte bien continuer.

A l’âge de 37 ans, je fête mes 1 an de jeûne intermittent.

Maintenant que le jeûne intermittent fait partie intégrante de mon quotidien, j’ai eu envie d’aller plus loin.

Meal Prep

Je suis tellement heureuse de mon nouveau rythme alimentaire que je me suis même lancée dans ce qu’on appelle le « Meal Prep ». Autrement dit, tu prends une ou deux heures de ton temps pour préparer plusieurs portions que tu mets dans le réfrigérateur, et chaque jour tout est déjà prêt et disponible. Alors chaque jour, tu n’as plus qu’à te servir.

Mes salades en bocaux

Cette méthode a plusieurs avantages :

Le dimanche, je prépare mes repas du midi de la semaine suivante. J’aime faire des salades dans de grands bocaux. C’est non seulement bénéfique pour ma santé, parce que je mange de grandes portions de salades composées, mais ça impacte aussi d’autres aspects de mon quotidien :

Moins de stress 

Autrefois, je devais réfléchir à ce que j’allais apporter au boulot pour le déjeuner. C’était une réelle source de stress, car je n’avais pas forcément envie de penser à mes repas du midi.

Chaque jour, j’avais toujours la même question : que vais-je donc manger demain midi ? Je n’avais souvent pas d’idée.

Plus de temps pour d’autres activités

Aujourd’hui, ce n’est plus une source de stress puisque j’y pense une fois par semaine – le dimanche – et basta. Et ça, ce n’est que le début, car je veux également anticiper les repas du soir.

D’une part parce que je veux contrôler ce que je mange le soir. D’autre part, parce que je veux me libérer du temps le soir pour me consacrer à ma famille et me reposer.

Et pourquoi pas libérer du temps pour m’occuper de mes plantes ?

Un peu de temps pour mes plantes

Depuis un mois, je prépare les mêmes salades en bocaux. Étonnamment, je ne m’en lasse pas. Ça amuse les collègues, car ils me voient manger la même chose chaque midi.

Mais franchement, je suis tellement soulagée d’avoir entendu parler du Meal Prep que j’ai hâte de créer une routine pour anticiper tous les repas de la semaine.

Le jour où je pourrai préparer tous mes repas de la semaine – les repas du midi et ceux du soir -, alors je serai la plus heureuse du monde !

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à partager ton avis !

A bientôt,

Béatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.